L’histoire de la petite maison bleue

Cette maison bleue conserve, encore aujourd’hui, de nombreux secrets quant à sa petite histoire. Chose certaine, un grand nombre de Magogois sont attachées à cette maison et à sa conservation. Au fil du temps, cette jolie maison et ses occupants ont certes été partie prenante dans le développement industriel et touristique de Magog1.

La construction de la maison bleue daterait de 1877. Toutefois, l’identité des personnes qui l’auraient fait bâtir n’est pas connue avec certitude. Ce petit historique pourra peut-être nous en dire davantage sur cette maison bleue ancrée au bord de la rivière, située à la jonction des rues Principale et Sherbrooke.

Située au 2 rue Principale Est à Magog, la maison, surnommée affectueusement la petite maison bleue, fêtera en 2017, ses 140 ans. La Clinique Dentaire Pariseau & Associés et tout son personnel sont fiers d’en être les occupants actuels.

En remontant plusieurs années, on peut découvrir les origines de la maison bleue. Ralph Merry III arrive dans la région en provenance  de Massachusetts3 en 1798. Voyant  M. Nicholas Austin se servir d’un premier petit barrage sur la rivière pour alimenter sa scierie, Merry voit dans l’emplacement de ce village en bordure du Memphrémagog, de belles opportunités.

Peu après son arrivée, aux alentours de l’été 1800, Ralph Merry achète de ce même Austin un moulin à farine et une scierie, de même que son barrage. Il prendra possession de 13 000 acres de terres – ce qui correspond presque aux dimensions actuelles de la ville de Magog avec les droits sur l’eau4. Pendant longtemps, ces droits sur l’eau de la rivière Magog permettront de se bâtir à proximité, donnant ainsi naissance au village.

Il est très probable que la petite maison bleue ait été construite sur les terres léguées ou cédées par Ralph Merry III (1753-1825), soit à Ralph  Jr., ou soit par le biais de sa sœur Julia Ann, la fille aînée de M. Merry III. En effet, Dame Julia Ann Merry III s’était mariée avec M. Alvin Head Moore, venu de Hatley pour enseigner. Alvin Moore deviendra à son tour un grand propriétaire terrien et le lopin de terre longeant la rivière présentait pour lui beaucoup d’intérêt5.

De toute évidence, Alvin Moore a longtemps exercé une grande influence sur tout le village, qu’on appelait autrefois « The Outlet  ». En 1855, 200 villageois étaient installés à proximité lorsque Alvin Head Moore, devenu un prospère commerçant, réunit toutes les personnes intéressées à la croissance de l’Outlet. Il veut qu’un nouveau nom soit donné à ce village florissant. On choisit alors le nom de Magog, qui ne sera véritablement officialisé6 qu’en 1888.

La Commission de toponymie du Québec émet différentes hypothèses quant aux origines du nom de Magog, dont l’une des versions serait très plausible, référant à des mots de langue abénaquise, soit « namagok » ou « namagwôttik ».

http://www.toponymie.gouv.qc.ca/CT/toposweb/fiche.aspx?no_seq=133621

La construction de la maison bleue, en 1877, coïncide également avec l’arrivée du chemin de fer à Magog. À ce moment, Alvin Moore et son épouse, Julia Ann, font partie des plus influents propriétaires et commerçants du village7. Ils se sont sûrement impliqués dans le choix des plans de la maison, dont le type de toiture.

Il s’agit d’un toit à la Mansart, du nom de l’architecte français. Cette toiture en deux sections, est introduite ici vers la fin du 19e siècle en provenance des Etats-Unis (bien qu’on en retrouve nombre d’exemples ailleurs au Québec dès 1860). La disposition d’un   et d’un brisis libère plus d’espace, créant ainsi un plein étage8.

Il faut dire qu’en 1880, Magog, ne comptait que 500 âmes selon les renseignements trouvés dans les archives. Cela n’empêche pas Alvin Head Moore de travailler très fort pour permettre à ses projets de se concrétiser. La maison bleue avait été bâtie, au cœur de Magog, sur des terrains où Alvin Moore nourrissait des projets industriels précis. Il serait surprenant qu’Alvin et son épouse n’aient pas été en possession du terrain spécifique de la maison bleue, du fait qu’ils en sont propriétaires.

Six ans plus tard, en 1883,  la compagnie « Magog Textile & Print Co. » sera fondée par M. Moore et son ami Charles Carroll Colby. De plus, un certain William Hobbs, qui possédait un petit moulin à coton à Coaticook, se joindra aux deux fondateurs9.

L’entreprise guidée par les associés Moore, Colby et Hopps débutera ses opérations de blanchiment et d’impression du coton, puis de filature, à partir de juillet 1884, alors que la première pièce de coton imprimée au Canada, le fut probablement ici même à Magog10.

La  petite maison bleue, bâtie en 1877, aurait-elle joué un petit rôle dans ce vaste projet industriel? Les premiers transferts de titres de propriété découlent d’actes testamentaires ou de transactions privées. Il est difficile d’en connaître les dates exactes. Pourtant,  la propriétaire actuelle, Dre Véronique Pariseau, croit  que la maison bleue se trouvait dans le patrimoine de la famille d’Alvin et de Julia Ann, au moment où elle a été bâtie. Vers 1883, la maison bleue, étant située juste à côté du projet d’usine11, devait présenter plusieurs attraits. La compagnie de coton, fondée par Alvin, a tenu à l’inclure dans les biens et les terrains dont elle disposait pour démarrer ses opérations. À peine six ans après sa construction, la maison bleue au bout de la Main, entame alors sa longue vocation industrielle.

http://www.histoiremagog.com/la-dominion-textile-un-partenaire-electrique/

On en connaît bien peu sur les premiers occupants de la petite maison bleue. Cependant, en 1896, une compagnie de textile, dirigée par Andrew F. Gault de Montréal, la Dominion Cotton Mills Co., devient propriétaire de la maison bleue12. Cette grande entreprise avait réussi à fusionner plusieurs manufactures, cherchant ainsi à acquérir tous les moulins de textile de l’Est du Canada13.

Cette compagnie, la Dominion Cotton Mills Co. loue la demeure au toit mansardé, dès 1899, à des locataires privés qui y logeront avec leurs familles respectives. La Cotton Mills fera partie de la fusion avec la Dominion Textile (Old Company) en 1905, mais les titres de propriété de la maison bleue seront transférés uniquement le 17 mars 1915 à la Dominion Textile Company Ltd14. La maison bleue semble un peu perdue sur la rue Main à Magog à la fin du 19e et au début du 20e siècle, malgré qu’elle soit bien entretenue par ses propriétaires  industriels.

La photographie ci-jointe daterait de 1920, présentant des joueurs de cricket du « Magog Cricket Club » parmi lesquels M. Guilford (Teddy) Shaw. C’est effectivement M. Shaw, soudeur de son métier, qui deviendra le premier véritable propriétaire privé de la petite maison bleue.

Item consists of photograph of the Magog Cricket Club. Standing in the photograph from left to right are: Sam Hyde, Ray Bean, Francis Milne, Walter Potter, Norman Ratcliffe, Harold Hall, Arthur Meek, George Gaunt, Harry Jackson, Ernest Bradley, and Percy Wagland. Seated in the photograph from left to right are: Edgar Whalley, Guilford (« Teddy ») Shaw, and Frank Williams. (1920?)

https://www.townshipsarchives.ca/etrc-p135-008-03-001-jpg;rad?sf_culture=fr

C’est presque 33 ans après son acquisition, soit le 10 février 1948, que la Dominion Textile Company Limited se départit de cette maison en faveur de M. Guilford Shaw. À cette époque, la maison porte l’adresse du 236 Main Street, selon le contrat d’achat15. Selon les dires de certains patients de la clinique actuelle, la maison bleue de la rue Principale, serait peinte d’un bleu foncé – et cela depuis longtemps.

Le 28 août 1953, M. Shaw, alors retraité, vendra la moitié de la maison à son fils, John Guilford Shaw, qui travaillait à Magog comme « textile colorist ». Ils continueront à bien entretenir la maison bleue pendant encore 22 ans.

Les adresses civiques de la maison où résident les familles Shaw avaient été modifiées entre temps pour tout l’édifice. La petite maison bleue est dorénavant située au no 2 et 6 de la Rue Principale Est, à Magog. La petite maison bleue demeurera la propriété en commun de Guilford Shaw et de John G. Shaw jusqu’au 24 septembre 1975.

C’est alors, que John Guilford Shaw et son épouse Dame Béatrice Fitzgerald, de même que Dame Charlotte Francis Brodbent, épouse de feu Guilford (Teddy) Shaw, céderont la maison familiale à la compagnie de M. John R. Minty. La maison bleue n’est pas restée longtemps leur propriété. Venu de Montréal, John (Jack) Minty avait entrepris la construction d’une nouvelle habitation à North Hatley. Il s’était aussi impliqué au club nautique local.

En 1977, la maison bleue du 2 rue Principale Est,  lieu de nombreuses fêtes familiales depuis des générations, est acquise par un chirurgien-dentiste de Magog, Dr Yann Patry. Il installe au premier étage de la maison sa clinique dentaire. Une nouvelle vocation est désormais assignée à la petite maison bleue16.

Dans un premier temps, le deuxième étage de la maison est conservé en unité d’habitation, puisque Dr Patry y aménage temporairement son domicile. Le second étage accueillera par la suite différents locataires, souvent des professionnels.

Des bureaux d’architectes occuperont notamment des espaces locatifs de la maison bleue, au 4 rue Principale Est. Le Dr Patry et chaque locataire, chacun à leur manière, ont sans doute contribué au bien-être de plusieurs citoyens de Magog.

Ce sera 32 ans plus tard, en 2009, que le Dr Yann Patry, tout en conservant sa pratique à la Clinique et à l’Hôpital la Providence, cèdera sa participation dans l’immeuble à un autre chirurgien-dentiste, le Dr Pierre l’Espérance. La clinique, porte alors le nom de Clinique Dentaire Patry L’Espérance.

La maison bleue reçoit la visite de nouveaux patients qui remarquent son toit à la Mansart, appréciant son cachet et ses accès faciles au centre-ville de Magog.

La publication de la Ville de Magog intitulée Découvrez la rue Principale et son patrimoine bâti, montre les plus importantes particularités extérieures de la maison bleue.

https://www.ville.magog.qc.ca/wp-content/uploads/1970/01/brochure-decouvrez-rue-principale.pdf

Tout récemment, le 1 août 2015, la Dre Véronique Pariseau, chirurgienne dentiste pratiquant depuis quelques années à Sherbrooke, acquiert la Clinique Patry L’Espérance. Elle devient aussi la nouvelle propriétaire de la  maison bleue du 2 rue Principale Est, à Magog. Désirant depuis sa graduation posséder sa propre pratique dentaire, c’est au centre de sa ville natale, qu’elle réalise son rêve.

La maison bleue est tout indiquée pour elle et tous ceux qui s’impliquent activement dans la Clinique Dentaire Pariseau & Associés. Depuis ce temps, les Dre Rachèle Bergeron et Dre Véronique Pariseau  joignent leurs expertises avec une équipe reconnue pour offrir leurs services en dentisterie.

Au cours de toute l’année 2016, un vent nouveau frappe ce bâtiment patrimonial, qui est  déjà connu par bien des gens à travers les Cantons. Véro et toute l’équipe donnent un coup de jeunesse à la maison, solidifient ses accès, accentuent la luminosité des salles de chirurgie et aussi celles des hygiénistes.

Dre Véronique Pariseau aménage de nouveaux espaces pour le personnel de la Clinique qui sont agréablement décorés pour conserver le charme ancestral de la maison bleue. L’espace réaménagé devient plus fonctionnel, ce qui permet d’y ajouter des équipements neufs et des aires privées de consultation pour les patients. La petite maison bleue passe à travers le temps,  mise au goût du jour : elle propose un décor transformé, convivial et chaleureux pour sa fidèle clientèle.

Chacune des personnes travaillant à la Clinique Dentaire Pariseau & Associés, affectionne la maison bleue. Nous sommes  tous heureux de vous y accueillir, de la redécouvrir avec vous et d’écouter vos propres souvenirs sur les 140 ans d’histoire de la petite maison bleue.

Les Dre Rachèle Bergeron et Dre Véronique (Véro) Pariseau transmettent ainsi par leur agréable accueil dans la Clinique dentaire de la maison bleue, leur joie de vivre et ce sentiment de renouveau imprégné par des valeurs familiales, à la même adresse qu’autrefois, mais avec une nouvelle ambiance et de nouveaux sourires. C’est aussi à vous, que sourit la petite maison bleue.

The history of Magog’s little blue house

The blue house, until this day, keeps hold of a number of secrets regarding its history. What can be said without a doubt is the number of people from Magog that are connected to it, that cherish it, and that hope to preserve it. This lovely house and its residents have certainly played a part in Magog’s industrial and touristic development1.

The house’s construction dates back to 1877. However, it is not certain who, amongst the first owners, had it built. This brief history may tell more about this blue house standing by the river and located at the corner of the streets Principale (Main) and Sherbrooke. We can assume that for carpenters in 1877, the house had to be strong and beautiful2.

The house located at 2 Principale Est in Magog will celebrate, in 2017, its 140 years of existence. The dental clinic Pariseau & Associés, along with its employees, are proud to be the current occupants of « the little blue house », as they like to call it.

We have to go back a few years in time to discover the blue house’s origins. Mr. Ralph Merry III came from Massachusetts3 in 1798 to settle in our region. It was then, while observing Austin — who had then established a first small dam by the river in order to run his sawmill — that Ralph Merry first recognized the potential of this village along the shores of the Memphrémagog.

Shortly after he had settled, sometime in the summer of 1800, our Mr. Merry III bought a flour mill, a sawmill, and a dam. He then purchased 13 000 acres of land — which roughly match the overall dimensions of today’s city of Magog — along with the water rights3. For a long period of time, these water rights would allow to build along the Magog river.

It is quite possible that the little blue house was built on the lands passed on by Ralph Merry III (1753-1825), either to Ralph Jr. or possibly to Alvin Moore, thanks to Merry III’s eldest daughter, Julia Ann. As a matter of fact, Julia Ann Merry III had married Mr. Alvin Head Moore, who had come from Hatley to teach in Magog. This Alvin Moore would become a large landowner, and took a particular interest in the parcel of land alongside the river5.

Without a doubt, Mr. Moore had a huge influence on the entire village, then called the “The Outlet”. In 1855, 200 villagers were settled in the area when Alvin Head Moore, who had become a prosper local businessmen, gathered the people interested in seeing the Outlet grow. He wished to give a new name to their flourishing village. The citizens then decided to call it « Magog » which would be made official6 in 1888.

The Québec Commission de Toponymie has various hypotheses regarding the origins of the name « Magog ». One of these would seem rather likely and would refer to the Abénaquis words “namagok” or “namagwôttik”.

http://www.toponymie.gouv.qc.ca/CT/toposweb/fiche.aspx?no_seq=133621

The construction of the the blue house, in 1877, also concurs with the installation of the Magog railway. At that time, Alvin Moore and his spouse, Julia Ann, were influential owners and traders in the village7. They were most likely involved in the construction plans, and with building choices such as the roof of the house.

The roof is built in the Mansard style, from the name of a French architect. This type of roof, showing two sections joined at mid-roof, was introduced in Magog by the end of the 19th century from the United States, while it was already rather common elsewhere in Québec after 1860. The break of the roof’s upper slopes conveniently creates a full second floor8.

Let’s keep in mind that in 1880, Magog only held 500 souls according to the information found in the archives. This did not stop Alvin Head Moore from working very hard to bring his projects to life. The blue house was built in the very heart of Magog, on lands where Mr. Alvin and his spouse had very precise industrial projects. It would be very surprising that Alvin and his wife were not the landowners where the blue house lay, as they owned the house.

Six years later, in 1883, the “Magog Textile & Print Co.” was founded by Mr. Moore and his partner from Stanstead, Mr. Charles Carroll Colby. Furthermore, Mr. William Hobbs — who also owned a small cotton mill in Coaticook — joined the other founders of the company9.

The business was managed by the associates Moore, Colby, and Hobbs, who would initiate the processes of whitening, printing on cotton, and threading. In July 1884, they produced the first cotton impressions ever done in Canada, here in Magog10.

Could the little blue house, built in 1877, have played a small part in this great business project? The first transfer of property rights comes from a will or from a private transaction. It is hard to know the exact dates. However the current owner, Doctor Véronique Pariseau, believes that the blue house was part of Alvin and Julia Ann’s inheritance when it was built. The blue house, circa 1883, must have had several interesting features, as it was located so close to the factory project11. The cotton company, founded by Alvin, insisted on including the house in the properties owned by the company. Shortly after its 6th year of existence, the blue house at the end of the Main was only at the beginning of its long commercial calling.

http://www.histoiremagog.com/la-dominion-textile-un-partenaire-electrique/

Very little is known about the first residents of the little blue house. However, in 1896, a textile industry, the Dominion Cotton Mills Co., gained ownership of the blue house12. This important company had managed to merge several manufacturing businesses in view of controlling all the textile mills in Eastern Canada13.

Starting from 1899, the Dominion Cotton Mills Co. rented out the house with the Mansard roof to private tenants who would live there with their families. The original Cotton Mills was part of this merge with the Dominion Textile (Old Company) in 1905, but the land titles of the blue house would only be transferred on March 17, 1915 to the Dominion Textile Company Ltd14. The blue house on Magog’s Main street seemed a bit lost by the end of the 19th and early 20th century, but still well kept by its commercial owners.

The photograph below, thought to date from 1920, shows cricket players from the “Magog Cricket Club”, who Mr. Guilford (Teddy) Shaw was a member. Mr. Shaw, a welder, that was to become the first true private owner of the blue house.

This item consists of a photograph of the Magog Cricket Club. Standing in the photograph from left to right are: Sam Hyde, Ray Bean, Francis Milne, Walter Potter, Norman Ratcliffe, Harold Hall, Arthur Meek, George Gaunt, Harry Jackson, Ernest Bradley, and Percy Wagland. Seated in the photograph from left to right are: Edgar Whalley, Guilford (« Teddy ») Shaw, and Frank Williams. (1920?)

https://www.townshipsarchives.ca/etrc-p135-008-03-001-jpg;rad?sf_culture=fr

Some 33 years after its purchase, on February 10th, 1948, the Dominion Textile Company Ltd handed the keys of the house to Mr. Guilford Shaw. At that time, the house was located at 236 Main Street, according to the contract15.

On the 28th of August 1953, Mr. Shaw, then retired, sold the house to his son, John Guilford Shaw, who worked in Magog as a “textile colorist”. The Shaw family then continued to take good care of the house for another 22 years. The little blue house continued to be the shared property of Guilford Shaw and John G. Shaw until September 24 1975.

The civic addresses where the Shaw family lived has been modified in the meantime, and this for the entire building. The little blue house was now located at 2 and 6 rue Principale Est, in Magog. The blue house, on rue Principale, has been painted of a dark blue, and that for a very long time, according to some patients of the present-day clinic.

In 1975, Mr. John Guilford Shaw and his wife, Dame Béatrice Fitzgerald, as well as Dame Charlotte Francis Brodbent, wife of late Guilford (Teddy) Shaw, left the family house and passed it on to Mr. John R. Minty’s company.

The blue house did not remain in the Minty company’s hands for long. Originally from Montreal, John (Jack) Minty had already undertaken the building of a new house in North Hatley; as well, he had become involved in the local sailing club.

In 1977, the blue house at 2 rue Principale Est, where a number of family parties had been held for generations, was purchased by a dental surgeon from Magog, Dr Yann Patry. He installed his dental clinic on the ground floor. The little blue house was given yet another new destination16. To start with, the second floor was kept as a residence, since Dr Patry lived there temporarily. Later on, various tenants, often professional workers, would live on the second floor.

At 4 rue Principale Est, Magog, the space available for rental was eventually devoted to architects’ offices. Dr Patry, and each tenant, have contributed in their own way, to the well being of the citizens of Magog.

Some 32 years later, in 2009, Dr Yann Patry, as he practiced both at the clinic and at the La Providence hospital, ultimately gave up the building to another dental surgeon, Dr Pierre l’Espérance. The clinic was then named Clinique Dentaire Patry l’Espérance.

The blue house admitted new patients, who noticed its Mansard roof and appreciated its style, as well as its easy access to downtown Magog.

The following publication (in French) of the city of Magog, Découvrez la rue Principale et son patrimoine bâti, highlights the main aspects of the house’s outdoor architecture.

https://www.ville.magog.qc.ca/wp-content/uploads/1970/01/brochure-decouvrez-rue-principale.pdf

Recently, on August 1st 2015, Dr Véronique Pariseau, a dental surgeon with a few years of practice in Sherbrooke, acquired the Clinique Patry l’Espérance, and became the new owner of the blue house at 2 rue Principale Est, Magog. Ever since she graduated from her studies, she had a dream to open her own dental practice, and it is at the heart of her native city that her wish came true.

The blue house was now meant to accomodate the Clinique Dentaire Pariseau & Associés and its personnel. Today, Dre Rachèle Bergeron and Dr Véronique Pariseau have joined their expertise with an experienced team, to offer their dentistry services.

Throughout the year 2016, a new wind blows upon this heritage building, already recognised by many across the Eastern Townships. Véronique gives a new breath to the house, reinforcing its access, improving the lighting in the surgery rooms and in the rooms used by hygienists.

Dr Véronique Pariseau has designed new living spaces for the employees with a simple and yet delicate touch, while keeping its ancestral charm. The new layout offers a more convenient space, which also allows for new equipment and private consultation spaces for patients. The little blue house, revamped as it is to the latest trends, offers a new warmth and friendly style to its faithful clientele. Everyone working at the Clinique Dentaire Pariseau & Associés, loves the little blue house. We are very happy to welcome you, to rediscover the house with you, to hear about your memories of the lovely little blue house, now celebrating its 140 years of history.

Thanks to the renewal brought about by Dre Rachèle Bergeron and Dr Véronique (Véro) Pariseau — inspired by their family oriented values — a feeling of bliss is passed on in this new atmosphere, along with new smiles. The little blue house smiles at you !

RÉFÉRENCES

  1. Roy, Alain R. Magog et ses rues, Société d’Histoire de Magog, 1997, 103 p., p.6. (Magog et son histoire) p.96-97. (Official Plan of Town of Magog -1894). Voir aussi; Gauvin, Marc G. Histoire de Magog en images, Magog et Société d’Histoire de Magog, 2008.
  2. Circa 1877; une plaque installée sur la bâtisse est visible de la Rue Principale avec l’inscription Circa 1877.
  3. Girard, Alphonse. History of Magog [up to 1950], Le Progrès de Magog, 1970, 56 p., p.11 « …birthplace had been Lynn, Massachusetts. »
  4. Labrecque,  Marie-Paule R.  Biographie – Merry, Ralph, Volume VI, Dictionnaire Biographique du Canada, 1987,2016, Université Laval, University of Toronto. http://www.biographi.ca/fr/bio/merry_ralph_6F.html  Voir aussi; Comeau, Aven A.  Merry de Magog, Site élaboré à Magog,   http://www.magogquebec.ca/fr/chapitre2/ (Magog & Lac Memphrémagog – Une région magnifique à découvrir!, Histoire de Magog).
  5. Gauvin, op. cit. , (photo d’époque – Magasin A. H. Moore & Co. Situé à l’angle des rues Principale Ouest et Merry Nord), à remarquer la toiture à la Mansart), Voir aussi; Comeau, Aven A., Alvin Head Moore, Pionnier de l’industrie, Site élaboré à Magog, http://www.magogquebec.ca/fr/chapitre3/  (Magog & Lac Memphrémagog – Une région magnifique à découvrir!, Histoire de Magog).
  6. Girard, op. cit., p.15-16. (photo d’époque – Alvin Moore’s House) «…having built himself spacious house…» (aujourd’hui, la maison de la rue Merry Sud loge la Microbrasserie La Memphré).
  7. Kesteman, Jean-Pierre. Tout le long de la rivière Magog, Collection Patrimoine, Éditions GGC, Sherbrooke, 2004, 246 p., p.51. Voir aussi; Comeau, Aven A. Pruches et chemins de fer, Site élaboré à Magog, http://www.magogquebec.ca/fr/chapitre4/ (Magog & Lac Memphrémagog – Une région magnifique à découvrir!, Histoire de Magog).
  8. Ville de Magog. Découvrez la rue Principale… et son patrimoine bâti!, Publication Ville de Magog, p.4 https://www.townshipsarchives.ca/etrc-p135-008-03-001-jpg;rad?sf_culture=fr
  9. Styan, Maj. Chas. Pioneer and Modern Magog, Editor Magog Entreprise, compiled in; Beautiful Waters, Bullock, William Bryant, vol.1, Memphremagog Press, Newport, 1926, 239 p., p.56. Voir aussi; Comeau, Aven A. Le coton arrive à Magog, Site élaboré à Magog, http://www.magogquebec.ca/fr/chapitre5/ (Magog & Lac Memphrémagog – Une région magnifique à découvrir!, Histoire de Magog).
  10. Société d’Histoire de Magog. L’industrie textile : un fil conducteur de l’histoire magogoise, Histoire de Magog, 2013. Voir aussi; Kesteman, Jean-Pierre, Southam, Peter, Saint-Pierre, Diane. Histoire des Cantons de l’Est, Les Presses de l’Université Laval, 1998, 829 p., p.368.
  11. Comeau, Aven A. Moore – Politicien et homme d’affaires, Site à Magog, http://www.magogquebec.ca/fr/chapitre6/  (Magog & Lac Memphrémagog – Une région magnifique à découvrir!, Histoire de Magog).
  12. Acte publié le 2 mai 1889, sous le numéro 3190, circonscription de Stanstead, et inscription de la vente du Lot 1118 avec de nombreux immeubles, effectuée entre Magog Textile & Print Company et Hochelaga Cotton Manufacturing Company. Index aux immeubles du Lot 1118 qui remonte au 18 janvier 1896 : propriétaire – Dominion Cotton Mills Co.
  13. Comeau, Aven A. Gault et la fusion, Site élaboré à Magog, http://www.magogquebec.ca/fr/chapitre7 (Magog & Lac Memphrémagog – Une région magnifique à découvrir!, Histoire de Magog).
  14. En date du 15 mars 1917, le Lot 1118 où est érigé la maison bleue est transféré à la Dominion Textile Company Ltd., vente enregistrée sous le numéro 17506 B-50, circonscription de Stanstead. L’acte de vente fait état : « the parcel of land acquired from Messrs. Moore et Webster, and formely known as the lower Falls) and containing five acres… » outre les lots 1118, 1120, 1121 et d’autres immeubles qui sont décrits à l’acte.
  15. Le 236 Main Street Magog est l’adresse civique inscrite à l’acte de vente enregistré sous le numéro 48478, circonscription de Stanstead.
  16. Le transfert de propriété est enregistré le 28 avril 1977, à l’index aux immeubles du lot 1118. Les dates répertoriées sont aussi celles inscrites à l’index aux immeubles du lot 1118 dont le numéro cadastral est maintenant le 3 141 301 pour le 2 Principale Est Magog.
Téléphone: 819.843.8440
Fax: 819.843.4979
2 rue Principale Est
Magog, Québec, Canada